Catégorie

La santé au naturel

Recherche

Recherche par zone

Cliquez sur une région du corps pour trouver ce qu'il vous faut !
Les sujets les plus consultés:

recherche par type de produit

Quel type de produits recherchez-vous?
Téléphone +32 10 24 30 04 Lundi au vendredi de 9h à 16h30

Contact par e-mail
Suivi de ma commande

Saviez-vous?

L'importance de l'équilibre acido-basique

Il est essentiel de maintenir l'équilibre acido-basique pour préserver sa vitalité et éviter plusieurs problèmes de santé. Pour y arriver, il suffit bien souvent d'avoir une respiration efficace, un sommeil réparateur ainsi qu'une alimentation variée, riche en légumes verts et dépourvue d'aliments raffinés.

Circulation des acides et des bases

Chez un personne en bonne santé, le pH normal ou basique du sang est 7,40 avec des fluctuations adminses entre 7,38 et 7,42. Le pH doit se maintenir constamment dans ces étroites milites afin que le corps "fonctionne" au mieux. C'est pour cela qu'il existe dans le sang des substances appelées substances tampons qui pallient ces petits écarts. Si les substances tampons du sang sont épuisées, le corps puisera des minéraux alcalins dans le tissu osseux qui, composé à 66 % de minéraux , sert de "réservoir de soucrus". C'est la déminéralisation.

 

Dans notre métabolisme, les acides et les bases se trouvent en interaction permanente. Lors de chaque respiration, nous nous débarrassons de la charge acide en éliminant du gaz carbonique via les poumons. Il a été démontré que trois respirations profondes suffisent pour affecter de façon perceptible le pH sanguin. Une respiration profonde et sans entrave facilite ce processus et permet aussi d'apaiser le système nerveux, ce qui diminue également la production d'acidité et la consommation de minéraux alcalins dans le corps.

 

Un sommeil réparateur et de bonne durée permet aussi pleinement ce processus de nettoyage, offrant à l'organisme une période quotidienne pendant laquelle la production d'acidité est minimisée et son excrétion, maximisée.

 

Sous l'effet de notre rythme de vie quotidien, let de nos repas, notre corps connaît des "afflux" et des "reflux" des bases, semblables aux marées des océans. L'activité physique ( sans être pratiquée à l'excès) permet aussi de maintenir cette dynamique acide-base.

 

Comment arrive-t-on à la surcharge ?

  • Le stress, les conflits refoulés et les angoisses nuisent à notre métabolisme. Les responsables en sont la surexcitation de notre système neurovégétatif, combinée à une respiration superficielle, à un manque d'activité physique et à un manque de sommeil.
  • L'alimentation : dois-je repréciser que la nourriture industrielle et moderne est bien trop chargée en sucre et très acidifiante ? (céréales, sucre et farine blanche...) D'autre part, si l'amilentation est globalement très acidifiante, si les substances acides générées par l'alimentation dépassent les capacités de neutralisation de l'organisme, il s'ensuit une acidification latente et chronique des tissus.
  • Foie, intestins, reins (qui éliminent les acides), peau et poumons doivent fonctionner pour espérer avoir une bonne santé entraînant un bon équilibre alcalin. D'où une bonne détoxination, minimum 2 fois par an.

Quelques conséquences de l'acidification :

 

Perturbation de la flore intestinale et du métabolisme, mauvais assimilation des nutriments, inflammations diverses, irritations aux muqueuses et orifices, exacerbation des tensions musculaires, crampes et spasmes, dérèglement du système immunitaire, allergie, infections bactériennes, parasitaires et mycoses, fatigue, manque d'énergie, frilosité, perte de densité osseuse, caries et déchaussement dentaire, dégradation de la peau, des ongles et des cheveux, calculs rénaux, brûlures urinaires, tendance dépressive...

 

Mes 5 conseils pour ne pas laisser s'installer une acidose :

  • Limiter ses apports en sel et plus généralement en chlorures.
  • Eviter les sodas, sources d'acides comme l'acide phosphorique.
  • Eviter les excès de protéines animales et de produits céréaliers.
  • Augmenter votre consommation d'aliments basifiants : les fruits, les légumes et les épices essentiellement mais aussi : thé, tisanes...
  • Privilégier les aliments riches en potassium (nutriment essentiel au fonctionnement des "systèmes tampons") et le cas échéant prendre un complément de bicarbonate ou de citrate de potassium.

Merci à Leyla Fagnoul pour ce billet dans le Bio-info d'Avril 2017

Voir tous les conseils