Catégorie

La santé au naturel

Recherche

Recherche par zone

Cliquez sur une région du corps pour trouver ce qu'il vous faut !
Les sujets les plus consultés:

recherche par type de produit

Quel type de produits recherchez-vous?
Téléphone +32 10 24 30 04 Lundi au vendredi de 9h à 16h30

Contact par e-mail
Suivi de ma commande

Saviez-vous?

Pourquoi la diffusion atmosphérique des huiles essentielles ?

Dès 1963, les travaux du Pr. Griffon ont mis en évidence que les huiles essentielles avaient, en diffusion atmosphérique, le pouvoir de détruire en 1/2 heure toutes les moisissures et tous les staphylocoques et de diviser par 50 le nombre de colonies microbiennes.

 

Dès 1964, le Dr Valnet rappelait que si l'on comptait 5 germes microbiens au mètre cube dans la forêt de Fontainebleau , il y en avait 20 000 dans un appartement parisien, neuf millions au salon de l'auto et sans doute beaucoup plus encore dans un hôpital. Et ces chiffres remontent à plus de 40 ans!

Qu'au XXIème siècle les huiles essentielles ne soient toujours pas diffusés régulièrement dans les hôpitaux afin de limiter les risques de maladies nosocomiales demeure l'un des grands scandales de la médecine moderne!

Quoi qu'il en soit, nous qui avons la chance de ne pas séjourner en hôpital n'en sommes pas moins confrontés à la pollution atmosphérique, y compris dans nos intérieurs!

 

Dès 2002, le magazine "Que Choisir" alertait ainsi les Français: « Trois logements sur quatre pollués par des substances chimiques! » En cause, le radon, les revêtements de sol, les peintures mais aussi les meubles en aggloméré ou les parfums d'ambiance chimiques… Selon une étude de Greenpeace, chaque gramme de poussière contiendrait en moyenne un milligramme d'un cocktail de molécules de plus de cinq familles chimiques... « Entre douze et quinze heures par jour, nous respirons un air bien plus pollué que celui de nos rues. Et ça se passe chez nous, à la maison ! […] Dans un logement sur deux, le taux de poussières fines (venues entre autres des sols plastique) est supérieur au maximum acceptable pour l'air extérieur. […] Les fabricants de meubles […] pourraient être obligés d'afficher les niveaux d'émission de leurs bois contreplaqués et agglomérés. » précisait le magazine Capital.

A défaut de déménager ou de remplacer tous ses meubles par du bois massif, la solution s'appelle donc bien souvent "Huiles essentielle"!

 

Pourquoi pas les solutions du grand commerce ?

Le magazine "Que Choisir" du mois de décembre 2004 a fait analyser 35 désodorisants d'intérieur. Le journal "Matin" du 24 novembre 2004 relate les conclusions des tests : "DANGER La plupart des produits censés purifier l'air dégagent des substances cancérigènes et allergènes.


"Tous ces produits mettent la santé des familles en danger" dénonce Que Choisir. "Les désodorants d'intérieur promettent de purifier l'air de nos logements. Ce n'est qu'une illusion!"

En 2006, une étude portant sur 4'200 personnes de 10 pays démontrait, après un suivi de 9 ans, que le risque d'asthme augmentait avec l'utilisation des produits ménagers, au premier rang desquels les désodorants d'atmosphère: "Le risque d'asthme est de 40% supérieur pour les personnes qui les utilisent une à trois fois par semaine" précisait l'auteur.

 

Rebelote avec de nouveaux tests en septembre 2008 et toujours des titres sans ambiguïté: "Parfums toxiques" ou "Oubliez-les!" : "Si les industriels ont progressé depuis nos précédentes analyses, il reste beaucoup à faire pour que les désodorisants deviennent des produits recommandables [...] Notre conclusion demeure identique: éliminez les désodorisants d'intérieur. C'est la meilleure façon de respirer un air sain chez soi. Les fabricants le savent puisqu'ils donnent des conseils surréalistes. Les mentions « Bien ventiler après usage », « Ne pas respirer les aérosols » , « Utiliser seulement dans des zones bien ventilées » , figurent sur de nombreux emballages."

"Ne vous fiez pas aux publicités alléchantes: tous les désodorisants testés, ou presque, contiennent des substances nocives pour la santé."

L'aromathérapie aux huiles essentielles, pour autant qu'elle soit correctement utilisée, ne présente pas ce type de risque et offre, avec la diffusion atmosphérique, le meilleur moyen pour assainir l'air et bénéficier des vertus thérapeutiques des plantes.

 

Quel est le principe du diffuseur d'huiles essentielles ?

 

Il s'agit déjà d'une diffusion à froid ou, plus exactement, à température ambiante. Les vertus des huiles sont donc préservées. Mais l'intérêt réside surtout dans le procédé de diffusion: un moteur électrique actionne une pompe qui pulse de l'air dans le nébuliseur où se trouve les huiles. Ces dernières sont alors brisées en milliards de microparticules et projetées dans l'atmosphère. Il existe plusieurs types de diffuseurs mais le principe reste le même. La différence se fera au niveau de la puissance du moteur et de la qualité de la verrerie.

Les microparticules vont se maintenir en suspension et se répandre dans l'atmosphère. Et elles y resteront longtemps après la diffusion: 50% des microparticules sont encore présentes 24 heures après la diffusion pour les modèles les plus performants! C'est pour cela qu'il est inutile de sursaturer les pièces en diffusant sans arrêt. Même si nous ne les sentons plus, les microparticules sont là et, comme nous respirons en permanence, nous bénéficieront de leurs vertus en continu.

La purification s'accompagne en outre d'un effet de ionisation puisque les microparticules d'HE sont chargées d'ions négatifs. Selon la loi de BRICARD énoncée dans les années 1950 par le physicien français J. BRICARD, les micro polluants en suspension dans l'air sont chargés d'ions positifs et sont éliminés lorsqu'ils acquièrent une charge négative. Un air sain possèdera donc une forte majorité d'ions négatifs. Au pied des cascades ou en montagne, le nombre d'ions négatifs par cm3 dans l'air est de 50 000. Le taux tombe à 200 en ville, à 20 dans un bureau, à 14 en voiture et à rien du tout avec un air conditionné!

 

ATTENTION ! Pas d'utilisation de "Brûle-parfum" ! Car il ne faut jamais chauffer les huiles essentielles !

 

Existe-t-il des contre-indications ?

 

Oui. Les huiles essentielles ne sont pas des substances anodines mais extrêmement puissantes. De nombreuses précautions doivent être liées à leurs utilisations. L'utilisation de complexes pose moins de problèmes de sécurité que les huiles pures mais l'utilisation doit être raisonnée: ne jamais respirer profondément trop près des diffuseurs, ne pas sursaturer l'air, ne pas diffuser en continue pendant la nuit, etc. On ne diffusera pas non plus dans la chambre d'un bébé ou jeune enfant en sa présence mais 10 minutes avant et des mélanges adaptés! Enfin, la diffusion est contre-indiquée dans les cas d'allergies respiratoires ou d'asthme.

Voir tous les conseils